Le riesling est un cépage blanc, originaire de la vallée du Rhin et de la Moselle. C’est un cépage en expansion qui doit sa faveur auprès du public à un éventail de vins large et de qualité. Du vin fruité consommable en toute occasion au vin de garde qui peut durer plus de dix ans, il peut aussi servir à élaborer des vins sucrés (vendanges tardives, vin de glace).

Origine
Ce cépage vient de l’Alsace, région située dans l’Est de la France, à la frontière allemande.

Historique
Les plus audacieux des historiens de ce cépage le font remonter à l’argitis minor, cépage décrit par les Romains et sa culture remonterait à cette époque. Il est aussi évoqué sa résistance au gel, sa croissance, la taille de ses grains ou son cycle végétatif long, pour lui trouver une parenté possible avec une vigne sauvage.

Toutes ces théories ont fini par se rejoindre lorsqu’un test ADN a révélé que le riesling est issu d’un métissage entre le gouais B et un autre métis issu du traminer B et d’une vigne sauvage (lambrusque). Sachant que le gouais B fut ramené de Croatie par les Romains, on retrouve génétiquement trace de tous les protagonistes évoqués par l’histoire, même si on ignore à quel endroit de ce cheminement le métissage s’est produit.

En 1435 le mot Rieslingen est mentionné pour la première fois dans une facture du comte Jean IV de Katzenelnbogen, qui a construit son dernier château à Rüsselsheim, près de Francfort-sur-le-Main et agrandi le vignoble existant. L’administrateur Klaus Kleinfisch a noté avoir acheté des vignes à planter de rieslingen pour vingt-deux schillings. Le vendeur est inconnu.

Son extension dans la Hesse rhénane et dans le Palatinat rhénan date de la fin du XVe siècle ou du début du XVIe siècle et dès les XVIIe et XVIIIe siècles, il est recommandé dans tous les États allemands viticoles. Les Alsaciens font remonter la culture du riesling en Alsace à la fin du XVe siècle, mais il ne doit la reconnaissance de ses qualités qu’au XIXe siècle ; ce n’est finalement que dans les années 1960 qu’il devient le premier cépage alsacien en surface1.

Il n’existe pas à l’heure actuelle en français d’ouvrages d’ampélographie, de viticulture et d’œnologie de haut niveau, faisant un bilan des recherches internationales sur ce cépage, pourtant de plus en plus prisé des consommateurs du monde entier, notamment aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni et en France. Il existe d’abondants travaux en langue allemande (Allemagne, Autriche et Suisse). Le riesling progresse en surface et sa culture touche de plus en plus de pays. Il est en passe de connaître le même essor mondial que le chardonnay B dans les années 1990 et 2000.

Synonymes :
Riesling
Riesling (cépage) (Wikipedia)

Riesling B
Riesling (cépage)
Caractéristiques phénologiques
Débourrement 5 jours après le chasselas
Floraison À compléter
Véraison À compléter
Maturité 2e époque, 3 semaines après le chasselas
Caractéristiques culturales
Port À compléter
Vigueur À compléter
Fertilité À compléter
Mode de taille Longue
Mode de conduite Palissage
Productivité À compléter
Exigences culturales
Climatique À compléter
Pédologique À compléter
Potentiel œnologique
Potentiel alcoolique À compléter
Potentiel aromatique très aromatique, vif et élégant. Avec le temps, il offre des arômes de "pétrole" mais aussi : agrumes confits, abricot, pêche, fruits exotiques, miel, minéraux, pierre à fusil, épices douces.

Le riesling est un cépage blanc, originaire de la vallée du Rhin et de la Moselle. C'est un cépage en expansion qui doit sa faveur auprès du public à un éventail de vins large et de qualité. Du vin fruité consommable en toute occasion au vin de garde qui peut durer plus de dix ans, il peut aussi servir à élaborer des vins sucrés (vendanges tardives, vin de glace).

« Back to Glossary Index